Le Cameroun veut réduire les importations de lait en 2014

Le gouvernement est à la recherche d’une personne physique ou morale capable de reprendre les activités du complexe laitier de Ngaoundéré dans la région de l’Adamaoua.

Dans le cadre de sa politique de reforme des entreprises publiques et parapubliques, le gouvernement du Cameroun veut relancer les activités du complexe laitier de Ngaoundéré situé à 10km du centre ville de Ngaoundéré, sur la route de Garoua dans la région de l’Adamaoua. A cet effet, il a lancé un appel d’offres à l’intention des personnes physiques ou morales ayant une expérience avérée dans le secteur laitier ainsi que la capacité financière nécessaire pour reprendre les activités de cette usine.

Les besoins en lait sont très élevés au Cameroun et les producteurs locaux n’arrivent pas à satisfaire la demande. Chaque année, les importations de lait coutent environ 20 milliards FCfa au Cameroun. En 2012, ces importations étaient en hausse de 15%. En redémarrant ce complexe, « le gouvernement a pour objectif la relance des activités sur le site du complexe laitier de Ngaoundéré dans le cadre général de la recherche de l’autosuffisance alimentaire au Cameroun », explique Alamine Ousmane Mey, le ministre des Finances. L’objectif est aussi de « développer une industrie laitière nationale et de limiter les importations des produits laitiers », ajoute-t-il.

L’usine du complexe a une capacité installée de traitement d’environ 10.000 litres de lait par jour. Au moment de sa création en 1993, ce complexe avait pour but de développer et de consolider l’élevage bovin dans l’Adamaoua, de transformer les produits laitiers et enfin, de contribuer à la diminution des importations de ces produits enfin de lutter contre la pauvreté en milieu rural. Pendant ses années de fonctionnement, le complexe a développé deux grandes activités complémentaires à savoir la production fourragère et l’appui aux éleveurs.

En 1996, dans le cadre de sa politique de développement du secteur privé, le gouvernement a donné l’usine du complexe laitier de Ngaoundéré  en location gérance à la société camerounaise Sogelait. Après quatre années d’exploitation, la société Sogelait s’est désengagée et a arrêté toute activité industrielle sur le site du complexe. La reprise des activités de cette usine pourrait non seulement réduire les importations de lait, mais aussi créer des emplois directs et indirects.

Anne Mireille Nzouankeu

A propos nzouankeu

Bonjour Je suis Anne Mireille Nzouankeu, journaliste camerounaise. Je m'intéresse aux questions de développement, droits de l'homme, environnement et santé. Je suis lauréate de plusieurs prix journalistiques parmi lesquels -3ème prix Afrique du Lorenzo Natali awards 2011, le plus prestigieux prix journalistique dans le domaine des droits de l'Homme -Finaliste du Dabra 2011, un prix international qui récompense les meilleurs journalistes africains dans le domaine de l'économie -Lauréate du projet Twenty Ten, une collaboration entre World Press Photo, FreeVoice, Africa Media Online et Lokaalmondiaal soutenue financièrement par la Dutch Postcode Lottery. Ce projet a permis à plus d’une centaine de journalistes africains originaires de 34 pays de rédiger des articles en profondeur sur le football africain et sur l’impact de la Coupe du Monde 2010 sur le continent.
Cet article a été publié dans Economie, emplois, Matières premières. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s