Le prêtre français enlevé à l’Extrême-Nord du Cameroun en novembre dernier est libre

Le père Georges Vandenbeusch a été libéré après sept semaines de captivité, grâce à la coopération entre le Cameroun, le Nigeria et la France.

par: Anne Mireille Nzouankeu à Yaoundé, Cameroun

C’est un homme amaigri mais en pleine forme qui s’est exprimé ce 31 décembre à midi à sa descente d’avion à Yaoundé.

« Je suis extrêmement reconnaissant à tous ceux qui ont travaillé pour ma libération, particulièrement le président Paul Biya. J’ai eu la chance que les choses se soient passées très vite parce qu’il y a d’autres otages qui sont restés terriblement longtemps. Sept semaines c’est très long mais quand on voit la vie d’autres otages, je me dis que beaucoup ont travaillé pour que ça se fasse très rapidement », a déclaré le père Georges Vandenbeusch à la presse.

Sur ses conditions de détention, le père révèle : « J’ai passé sept semaines sans rien faire du tout. J’ai tourné en rond sur la bâche, sous un arbre, sans rien lire ni parler à personne, pas de radio. C’était l’ennui terrible ».

Parlant de ses sentiments actuels, il ajoute : « C’est la tristesse, la colère parce que je suis très attaché à la paroisse où j’étais curé, à tous les paroissiens, tous les habitants, les catholiques et aussi les autres chrétiens, les protestants, les musulmans : ce sont des gens à qui je suis terriblement attaché. Je suis sûr que beaucoup pensaient à moi, travaillaient, priaient pour que ça se passe bien. Comme je ne faisais rien en captivité, ça tournait dans ma tête ».

Le religieux avait été enlevé dans la nuit du 13 au 14 novembre dernier à  Nguetchewe, un petit village situé à 30 kilomètres de la frontière avec le Nigeria.  Sœur Françoise de la Communauté de la Sainte famille de Helmet, qui vit dans le même village que le prêtre  avait alors fait ce témoignage :

« Vers 23h j’ai entendu quelqu’un cogner à la porte. Je n’ai pas ouvert. Quelques secondes après des gens ont cassé la fenêtre et ouvert la porte. Ils ont demandé de l’argent, ils ont fouillé et pris quelques objets de valeur et sont repartis. Ils étaient une dizaine à peu près à l’intérieur et d’autres à l’extérieur. Ils étaient armés, habillés en tenue civile et à visage découvert ».

La sœur a ajouté : « C’était des gens que nous ne connaissons pas. Ils n’avaient pas l’air d’être du village et ils parlaient en anglais. Après leur départ, je suis allée avec d’autres sœurs chez le prêtre, nous avons trouvé la porte cassé et lui avait disparu. Nous supposons que ces bandits sont passés chez le prêtre avant de venir chez nous ».

Le flou persiste encore sur les conditions de la libération du père Georges Vandenbeusch. Tout ce qu’on sait est qu’il a fallu la coopération entre le Cameroun, le Nigeria et la France. Le prêtre dit ne pas encore savoir s’il retournera dans sa paroisse de Nguetchewe.

 

A propos nzouankeu

Bonjour Je suis Anne Mireille Nzouankeu, journaliste camerounaise. Je m'intéresse aux questions de développement, droits de l'homme, environnement et santé. Je suis lauréate de plusieurs prix journalistiques parmi lesquels -3ème prix Afrique du Lorenzo Natali awards 2011, le plus prestigieux prix journalistique dans le domaine des droits de l'Homme -Finaliste du Dabra 2011, un prix international qui récompense les meilleurs journalistes africains dans le domaine de l'économie -Lauréate du projet Twenty Ten, une collaboration entre World Press Photo, FreeVoice, Africa Media Online et Lokaalmondiaal soutenue financièrement par la Dutch Postcode Lottery. Ce projet a permis à plus d’une centaine de journalistes africains originaires de 34 pays de rédiger des articles en profondeur sur le football africain et sur l’impact de la Coupe du Monde 2010 sur le continent.
Cet article a été publié dans Politique, Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s