Cameroun: Une agricultrice utilise des feuilles de tabac et du piment comme pesticides

D’un pas lent, Assana Boubakar avance entre deux rangées de sacs de jute empilés les uns sur les autres. Puis, elle s’arrête et jette quelques feuilles de tabac sec derrière l’un des sacs. Elle continue ce processus jusqu’à avoir fait le tour de la pièce. Elle explique : « j’utilise des feuilles de tabac dans mon magasin de stockage car elles repoussent les insectes qui ont l’habitude de ronger les graines ».

Mme Boubakar est une agricultrice qui vit à Tokombéré, un village situé dans le Nord du Cameroun. Elle cultive du haricot et des cacahuètes appelées localement arachides.

À chaque récolte, elle a environ 10 sacs de haricot et 15 sacs d’arachides. Elle consomme une petite partie et vend le reste. Comme la vente se fait sur plusieurs mois, elle stocke sa récolte dans un magasin.

L’agricultrice de 36 ans utilise une méthode originale en deux étapes pour que les récoltes restent saines pendant le stockage. La première étape commence juste après la récolte. Elle explique : « je fais macérer du piment dans de l’eau. Je tamise le mélange et je le pulvérise légèrement sur les graines ».

Dès que les graines sont stockées, Mme Boubakar place des feuilles sèches de tabac autour des sacs. Après une semaine, elle enlève les précédentes feuilles et renouvelle son stock. Elle utilise ces deux méthodes depuis trois ans et ses récoltes de haricot et d’arachides restent saines jusqu’à l’épuisement du stock.

Bernard Njonga est ingénieur agronome et président de l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (ACDIC), l’un des plus grands regroupements de paysans du Cameroun. Il encourage cette méthode de stockage. Il dit : « c’est bien de faire un pré-traitement [avec le piment] avant le stockage. Il y a des insectes qui partent du champ [avec les semences] après la récolte sous forme de larves et qui arrivent à maturation pendant le stockage. »

Il explique que les insectes qui sont déjà dans les sacs ne peuvent pas être tués avec des insecticides biologiques telles que les feuilles de tabac. Mais les feuilles de tabac éloignent les insectes et les empêchent d’arriver jusqu’à la graine.

Mme Boubakar raconte : « J’étais désespérée la première année [que je l’ai essayé] car j’ai perdu toute ma récolte. Les graines ont été rongées par des insectes. Dès que j’ouvrais un sac, il en sortait de la poudre et des charançons ». Des parents et amis lui ont prodigué plusieurs conseils qui ne lui ont pas apporté satisfaction. Mme Boubakar a été introduite à cette méthode par un voisin. À Tokombéré, les méthodes de stockage traditionnelles sont partagées de bouche à oreille.

M. Njonga explique que cette méthode a des inconvénients. La capacité pour un produit naturel de bien fonctionner comme insecticide est courte. L’insecticide s’évapore rapidement. Il faut donc renouveler l’opération très souvent. De plus, les agriculteurs ne maitrisent pas exactement le dosage. Ils se fient généralement à leur instinct. Mais, même en cas de surdosage, les risques sont moindres car ce sont des ingrédients déjà tolérés par les humains.

L’agronome nomme d’autres avantages à l’utilisation de pesticides biologiques. Il explique qu’ils n’ont pas de rémanence c’est-à-dire qu’on peut consommer les aliments sur lesquels ils ont été pulvérisés immédiatement après avoir utilisé le produit biologique. Or lorsqu’il s’agit d’un produit chimique, il faut attendre un certain temps avant de consommer l’aliment sinon on sera intoxiqué.

Le succès de Mme Boubakar a aidé sa famille. Elle est fière de Ali, son fils ainé qui vient d’obtenir le Baccalauréat. Après le décès de son père, Ali a passé deux années successives sans aller à l’école, faute d’argent. Ali dit : « dès que ma mère a trouvé une méthode efficace et moins chère pour conserver ses récoltes, elle a recommencé son commerce et nous a tout de suite remis à l’école avec ses premiers revenus».

L’autre fierté d’Assana Boubakar c’est de pouvoir offrir de temps en temps des bonbons et des chocolats à ses six enfants. « Après la mort de mon mari, nous avions un seul repas par jour. Certains jours le repas était tellement petit que je me privais pour que mes enfants puissent avoir une plus grande portion. Aujourd’hui, nous mangeons à notre faim et parfois, nous pouvons nous offrir des extras tels que des sucreries ».

Anne Mireille Nzouankeu

A propos nzouankeu

Bonjour Je suis Anne Mireille Nzouankeu, journaliste camerounaise. Je m'intéresse aux questions de développement, droits de l'homme, environnement et santé. Je suis lauréate de plusieurs prix journalistiques parmi lesquels -3ème prix Afrique du Lorenzo Natali awards 2011, le plus prestigieux prix journalistique dans le domaine des droits de l'Homme -Finaliste du Dabra 2011, un prix international qui récompense les meilleurs journalistes africains dans le domaine de l'économie -Lauréate du projet Twenty Ten, une collaboration entre World Press Photo, FreeVoice, Africa Media Online et Lokaalmondiaal soutenue financièrement par la Dutch Postcode Lottery. Ce projet a permis à plus d’une centaine de journalistes africains originaires de 34 pays de rédiger des articles en profondeur sur le football africain et sur l’impact de la Coupe du Monde 2010 sur le continent.
Cet article a été publié dans Wash. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s