La frontière entre le Cameroun et la République centrafricaine fermée

C’est après le meurtre d’un officier de police camerounais par trois militaires de la Séléka, l’armée centrafricaine.
Dieudonné Samuel Ivaha Diboua, le gouverneur de la région de l’Est du Cameroun a décidé ce 21 août, de fermer la frontière entre le Cameroun et la République centrafricaine (RCA). Cette décision arrive après le meurtre du commissaire Félix Ngando Ndallè, le chef de poste de frontière de la sûreté nationale de Toktoyo, une ville située à l’Est du Cameroun près de la frontière avec la RCA.
D’après le gouverneur, trois militaires de la Séléka, l’armée centrafricaine ont traversé la frontière lundi dernier pour boire dans un bar de la ville de Toktoyo. Ils y sont restés de 15h à 20h30, jusqu’à ce qu’un gendarme camerounais reproche au lieutenant Hassan, l’un des militaires de la Séléka, d’avoir des propos et une attitude discourtoise envers les clients du snack.

Après de vives discussions, les trois militaires centrafricains sont reconduits à la frontière. Ils traversent la frontière mais peu de temps après reviennent en territoire camerounais sous le prétexte de chercher le badge du lieutenant Hassan.

« Ils attaquent le poste de gendarmerie de Toktoyo, tirent des coups de feu sur d’autres installations camerounaises et abattent froidement l’officier de police Félix Ngando Ndallè », explique Samuel Dieudonné Ivaha Diboua.

D’après le gouverneur, les militaires de la Séléka se sont enfoui vers la République centrafricaine et n’ont pas pu être attrapés par la police camerounaise. Il tient à rassurer la population camerounaise : « il n y’a pas la guerre au Cameroun. C’est juste un acte isolé ». Le gouverneur affirme cependant que la frontière restera fermée « jusqu’à nouvel ordre ».

Ce n’est pas la première fois que les militaires centrafricains tirent sur des camerounais. En mai dernier par exemple, des militaires centrafricains ont tiré sur des civils au marché de Garoua-Boulaï, toujours à l’Est du Cameroun. Après cet incident, la sécurité avait été renforcée dans cette ville.
Anne Mireille Nzouankeu

A propos nzouankeu

Bonjour Je suis Anne Mireille Nzouankeu, journaliste camerounaise. Je m'intéresse aux questions de développement, droits de l'homme, environnement et santé. Je suis lauréate de plusieurs prix journalistiques parmi lesquels -3ème prix Afrique du Lorenzo Natali awards 2011, le plus prestigieux prix journalistique dans le domaine des droits de l'Homme -Finaliste du Dabra 2011, un prix international qui récompense les meilleurs journalistes africains dans le domaine de l'économie -Lauréate du projet Twenty Ten, une collaboration entre World Press Photo, FreeVoice, Africa Media Online et Lokaalmondiaal soutenue financièrement par la Dutch Postcode Lottery. Ce projet a permis à plus d’une centaine de journalistes africains originaires de 34 pays de rédiger des articles en profondeur sur le football africain et sur l’impact de la Coupe du Monde 2010 sur le continent.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s