Un passager clandestin d’un avion Camair-Co retrouvé mort à Paris

Le corps sans vie d’un jeune Camerounais a été découvert le lundi 8 avril 2012 à l’aéroport international Roissy Charles de Gaulle. La découverte s’est produite lors de l’atterrissage du Boeing 767 « Le Dja » en provenance de Douala. On a alors constaté qu’un jeune d’homme, non encore identifié, s’était caché dans le train d’atterrissage d’un avion Camair-Co qui assure la liaison Douala – Yaoundé-Nsimalen – Paris Charles de Gaulle.

Les circonstances exactes de la mort du passager non enregistré ne sont pas encore connues. On suppose cependant que c’était un candidat à l’immigration qui a voulu rejoindre Paris clandestinement. Un communiqué de presse de Camair Co explique : « Une enquête a été immédiatement ouverte aussi bien par les services de sécurité français et camerounais, que par la compagnie. Elle vise à connaître les raisons précises de la présence dans le train d’atterrissage, de cet homme d’une trentaine d’année, dont l’identité n’est pas encore connue ».

Un expert en aéronautique contacté par iCameroon.com explique : « Il est difficile pour un individu de survivre dans le train d’atterrissage d’un avion. Il va certainement mourir de froid car les températures vont jusqu’à -50°C lorsque l’avion navigue à plus de 10.000 mètres d’altitude et il n’ya pas de chauffage. Le passager peut aussi mourir d’asphyxie car le train d’atterrissage n’est pas pressurisé c’est-à-dire que la quantité d’oxygène contenue dans l’air n’est pas suffisante ».

D’après cet expert, en haute altitude, la pression est très faible ce qui fait que la quantité d’oxygène contenue dans l’air baisse et l’organisme n’a plus suffisamment d’oxygène. A plus de 10.000 mètres d’altitude, une personne n’ayant pas de masque à oxygène meurt en quelques secondes. Les cabines des avions sont pressurisées ce qui permet un confort respiratoire aux passagers des avions. Mais tout ce qui est extérieur à la cabine n’est pas pressurisé.

Les autorités de l’aéroport de Roissy ont déclaré qu’un tel fait ne s’est pas produit dans cet aéroport depuis au moins trois ans.  Il est de très fréquent que les africains candidats à l’émigration choisissent de se cacher dans le train d’atterrissage d’un avion. Le train d’atterrissage est le système de roue qui permet à l’avion de se mouvoir au sol. Il supporte l’avion au sol et lui permet de rouler au décollage et à l’atterrissage. Il est logé dans une cabine suffisamment grande pour accueillir un être humain.

Anne Mireille Nzouankeu

A propos nzouankeu

Bonjour Je suis Anne Mireille Nzouankeu, journaliste camerounaise. Je m'intéresse aux questions de développement, droits de l'homme, environnement et santé. Je suis lauréate de plusieurs prix journalistiques parmi lesquels -3ème prix Afrique du Lorenzo Natali awards 2011, le plus prestigieux prix journalistique dans le domaine des droits de l'Homme -Finaliste du Dabra 2011, un prix international qui récompense les meilleurs journalistes africains dans le domaine de l'économie -Lauréate du projet Twenty Ten, une collaboration entre World Press Photo, FreeVoice, Africa Media Online et Lokaalmondiaal soutenue financièrement par la Dutch Postcode Lottery. Ce projet a permis à plus d’une centaine de journalistes africains originaires de 34 pays de rédiger des articles en profondeur sur le football africain et sur l’impact de la Coupe du Monde 2010 sur le continent.
Cet article a été publié dans Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s