Des militants sortis des rangs

Fête de l’unité. Des membres de l’Udc et du Moci n’ont pu défiler tandis que le Rdmc de Mila Assouté a été interdit de défilé.

Au lendemain de la célébration de la 39ème édition de la fête de l’unité, quelques leaders de partis politiques se plaignent des conditions de participation au défilé civil. Yimgaing Moyo, le président du Mouvement Citoyen (Moci) par exemple, se dit « content du défilé mais pas de l’organisation ». Il déclare que « 20 militants du Moci ont été arbitrairement sortis des carrés sous le prétexte que la couleur de leurs pantalons n’était pas conforme. Pourtant, ils arboraient des pantalons sombres tel que stipulé par le préfet du Mfoundi ». Pour Adamou Ndam Njoya, le président de l’Udc «plus de quatre cents militants de l’Udc ont été écartés pour raison de port de tee-shirt dits « démembrés » alors que lors des réunions préparatoires, aucune réserve n’a jamais été faite en ce qui concerne cette tenue ».

Si ces deux partis ont quand même pris part au défilé, ce ne fut pas le cas du Rassemblement démocratique pour la modernité du Cameroun (Rdmc). Alors que les militants du parti de Mila Assouté attendaient le lancement du défilé au boulevard du 20 mai, un responsable de la sécurité leur a présenté un arrêté préfectoral qui leur interdisait d’y prendre part. Les motifs énoncés par l’arrêté sont : « non respect des délais de déclaration pour la participation au défilé civil du 20 mai 2011, menaces de troubles au bon déroulement du défilé, préparatifs dangereux ». Pierre Mila Assouté, le président du Rdmc se dit surpris d’autant plus  que « le Rdmc a participé aux entrainements avec les autorités de Yaoundé depuis plusieurs semaines. Le Rdmc a pris part à toutes les réunions préparatoires du défilé et a obtenu une attribution de participation de dix carrés de 140 personnes par carré ».

Du coté du Rdpc, le parti au pouvoir, on a également vu des militants sortis des rangs pour port de chaussures non appropriées, à l’exemple de ceux qui arboraient des chaussures en plastique communément appelées Batoula.

Anne Mireille Nzouankeu

A propos nzouankeu

Bonjour Je suis Anne Mireille Nzouankeu, journaliste camerounaise. Je m'intéresse aux questions de développement, droits de l'homme, environnement et santé. Je suis lauréate de plusieurs prix journalistiques parmi lesquels -3ème prix Afrique du Lorenzo Natali awards 2011, le plus prestigieux prix journalistique dans le domaine des droits de l'Homme -Finaliste du Dabra 2011, un prix international qui récompense les meilleurs journalistes africains dans le domaine de l'économie -Lauréate du projet Twenty Ten, une collaboration entre World Press Photo, FreeVoice, Africa Media Online et Lokaalmondiaal soutenue financièrement par la Dutch Postcode Lottery. Ce projet a permis à plus d’une centaine de journalistes africains originaires de 34 pays de rédiger des articles en profondeur sur le football africain et sur l’impact de la Coupe du Monde 2010 sur le continent.
Cet article a été publié dans Politique, Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s