Eto’o se fâche

Après un rappel à l’ordre de Roger Milla, premier africain à avoir disputé trois coupes du monde, Samuel Eto’o, triple ballon d’or africain, a menacé de ne pas participer à la coupe du monde aux côtés des Lions Indomptables, l’équipe nationale du Cameroun. Il est ensuite revenu sur sa décision.

Dans un message intitulé « Lettre à un Camerounais », Samuel Eto’o, l’un des attaquants des Lions Indomptables du Cameroun, triple ballon d’or africain et sociétaire de l’Inter de Milan s’adresse ainsi aux camerounais : «A l’écoute des propos qui ont été tenus à mon encontre,(… ), j’ai franchement été gagné par le dégout et j’ai un temps pensé rester en marge de toutes les compétitions futures. Mais beaucoup de compatriotes comme toi m’ont appelé, m’ont rappelé que je représentais quelque chose de grand pour eux, m’ont dit que le soir de la dernière finale de la Champions League, les rues de nos villes étaient aussi vides que quand l’équipe nationale joue. J’ai ensuite revu cette photo de moi portant le drapeau du Cameroun sur mes épaules, le 22 mai dernier à Madrid, après la victoire en coupe d’Europe, et je me suis rendu compte que la défense des trois couleurs de ce drapeau là était une chose exaltante et impérative. Je vais à la coupe du monde parce que j’aime le Cameroun par-dessus tout, parce que je sais que tu(le Cameroun) comptes sur moi et parce que j’ai le devoir patriotique d’assumer ma fonction de capitaine, même au milieu de la tempête ». Ces propos, diffusés au début de ce mois de juin, sont l’épilogue d’un différend par médias interposés, qui l’oppose à Roger Milla, premier africain à avoir disputé trois coupes du monde, ancien Lions Indomptable et à l’heure actuelle, « ambassadeur itinérant » au Cameroun.

Eto’o traite Milla de « petit aigri »

Ce qui est aujourd’hui considéré comme « l’affaire Milla-Eto’o » commence le 27 mai dernier lorsqu’un article publié dans un journal français rapporte les propos de Roger Milla. Parlant des 30 joueurs présélectionnés par Paul Le Guen et de Samuel Eto’o, il dit « (…). Eto’o ? Pour l’instant, il a apporté beaucoup à Barcelone et à l’Inter Milan, mais jamais rien à l’équipe du Cameroun. Il n’a pas encore répondu aux attentes ». Samuel Eto’o, qui a disputé et gagné trois finales de Champion’s league, répond par le biais d’une chaîne de télévision sportive. « C’est toujours la veille d’une grande compétition que ces petits aigris se permettent de faire des déclarations. J’espère que le peuple camerounais voit la malhonnêteté de ces gens qui ne veulent pas voir cette nation aller au-delà des quarts de finale car leur carrière s’est arrêtée en quart de finale. Est-ce que ça vaut vraiment la peine que j’aille à la Coupe du monde ? J’ai encore quelques jours pour réfléchir. Je vais voir si ma participation est importante. Parce que je n’ai pas besoin de ça dans ma carrière. »

« S’il l’a mal pris je m’en tape », dit Milla

Le 31 mai, Roger Milla s’exprime sur une radio française pour repréciser sa pensée. « Beaucoup de gens ne m’ont pas compris. J’ai seulement dit à mon petit frère de prouver qu’il était bien le meilleur avant-centre du monde. Je souhaite seulement que les choses aillent le mieux possible pour les Lions indomptables et qu’ils aillent le plus loin possible en Afrique du Sud. S’il l’a mal pris je m’en tape », explique-t-il. Parlant de la lettre écrite par Samuel Eto’o, Roger Milla ajoute « S’il a écrit cette lettre c’est pour se rattraper. La lettre veut tout dire. Il s’excuse auprès de moi. Moi, je n’ai pas besoin d’adresser de lettre à Samuel Eto’o. Pourquoi depuis la Coupe d’Afrique 2008 il ne me parle plus alors qu’il m’appelait à minuit à une époque ?(…). Je ne fais que mon travail de grand frère, d’ancien Lion indomptable et d’ambassadeur ». La lettre d’Eto’o précise cependant que « Dans mon enfance, ma chambre était ornée de posters de footballeurs à qui je voulais ressembler. Le plus grand poster qui trônait au dessus de mon lit était celui de Roger Milla. Je me disais dans mes rêves de l’époque, si je dois ressembler à un footballeur, je ressemblerais au grand Roger. (…).Les années qui passent m’ont permis de me rapprocher de mon idole d’enfance. Mais ces années ont aussi malheureusement contribué à jaunir, à fâner et même à écorner l’image que me projetait le poster géant collé au dessus de mon lit. J’ai peu à peu découvert avec mes yeux d’adulte une personne très différente et mes rêves d’enfance se sont peu à peu transformés en déception et en désillusion au vu de certains faits sur lesquels je ne souhaite pas revenir».

Roger Milla, qui se considère comme un grand frère, avait-il besoin de donner ces conseils par média interposé ? Ne pouvait-il appeler Eto’o pour en parler avec lui ? Milla n’a pas pu être joint par téléphone ce 6 juin 2010, pour apporter de plus amples explications.

L’affaire Milla-Eto’o divise les Camerounais

Les pro-Eto’o et pro-Milla réagissent énergiquement sur internet, défendant chacun leur idole. Les médias s’emparent de l’affaire. Les anciennes gloires du football camerounais et anciens entraineurs des Lions indomptables s’y mêlent. Patrick Mboma, ancien Lions Indomptable et meilleur buteur lors de la Coupe d’Afrique des nations de 2004 se dit « le petit frère de l’un et le grand frère de l’autre ». Il propose de jouer les médiateurs pour résoudre le différend qui oppose Milla et Eto’o.

Parlant d’Eto’o, Claude Le Roy, actuel sélectionneur de l’équipe de football d’Oman et entraîneur de l’équipe nationale du Cameroun de 1985 à 1988, ainsi que lors de la Coupe du monde de 1998, pense qu’ « il n’aurait pas dû répondre à de telles critiques. Dans cette affaire, je pense qu’il s’est un peu fait piéger. Mais le connaissant parfaitement bien, je peux vous assurer qu’il est très attaché à la sélection du Cameroun. Et pour l’avoir eu en tant qu’entraîneur, je précise que c’est un joueur très facile à gérer. Le tout, c’est d’avoir un langage clair avec lui ».

Joseph Antoine Bell, l’ancien gardien de but du Cameroun, rencontré à Douala au Cameroun le 30 mai 2010, pense que le football est une discipline sportive collective et qu’il est inexact de penser que les bons ou mauvais résultats engrangés au cours d’un match reposent sur une seule personne.

Le ministre des Sports soutient Eto’o

Le 29 mai, à la mi-temps du match amical Cameroun-Slovaquie, un communiqué de presse de Michel Zoah, le ministre camerounais des Sports et de l’Education physique, est diffusé sur la télévision nationale :
« Au nom du gouvernement, je tiens à rassurer l’ensemble des joueurs, en l’occurrence leur capitane, qu’ils ont le soutien de tout le peuple camerounais », dit-il.
Iya Mohammed, le président de la Fédération camerounaise de football réagit, selon ses propos, aux « déclarations faites dans les médias par certaines grandes figures de notre football et qui sont de nature à perturber la sérénité de notre équipe nationale ». Il publie lui aussi un communiqué dans lequel il déclare : « la Fédération Camerounaise de Football apporte son soutien sans réserve au sélectionneur national Paul Le Guen, au capitaine Samuel Eto’o Fils et à l’ensemble de notre sélection nationale ».
Au cours de l’interview du 31 mai, Roger Milla déclare « Je suis très déçu du comportement de mes dirigeants alors je ne serai pas dans la délégation officielle ». S’agissant de ses rapports avec les autorités sportives du Cameroun, il ajoute « Concernant les dirigeants, en tant que président d’honneur de la Fédération camerounaise, j’aimerais que le président de la Fédération camerounaise de football me demande mon avis quand il se passe quelque chose ».

Croire en l’avenir

Lors de la coupe du monde de 1990, un coup de tête de François Omam Biyik au cours du match Cameroun-Argentine, des buts décisifs de Roger Milla et d’autres coéquipiers permettent à l’équipe de passer le premier tour et d’atteindre les quarts de finales. Le Cameroun est alors le premier pays africain a accéder à cette phase. Grâce à cet exploit, six équipes africaines participent aujourd’hui à la coupe du monde.

Lors de la coupe du monde de 1990, il avait fallu une intervention de Paul Biya, le Président de la République, pour que Roger Milla soit sélectionné dans l’équipe nationale. Agé à l’époque de 38 ans, le sélectionneur l’avait trouvé vieillissant.

Dans le communiqué publié le 29 mai au milieu du match amical Cameroun-Slovaquie, Michel Zoah a déclaré qu’il se rendrait au Portugal pour adresser à Samuel Eto’o le message d’ « encouragement et de soutien du chef de l’Etat Paul Biya ».

Les regards sont désormais tournés vers l’Afrique du Sud où, l’on espère que le Cameroun fera mieux qu’en 1990.

A propos nzouankeu

Bonjour Je suis Anne Mireille Nzouankeu, journaliste camerounaise. Je m'intéresse aux questions de développement, droits de l'homme, environnement et santé. Je suis lauréate de plusieurs prix journalistiques parmi lesquels -3ème prix Afrique du Lorenzo Natali awards 2011, le plus prestigieux prix journalistique dans le domaine des droits de l'Homme -Finaliste du Dabra 2011, un prix international qui récompense les meilleurs journalistes africains dans le domaine de l'économie -Lauréate du projet Twenty Ten, une collaboration entre World Press Photo, FreeVoice, Africa Media Online et Lokaalmondiaal soutenue financièrement par la Dutch Postcode Lottery. Ce projet a permis à plus d’une centaine de journalistes africains originaires de 34 pays de rédiger des articles en profondeur sur le football africain et sur l’impact de la Coupe du Monde 2010 sur le continent.
Cet article a été publié dans Sport. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s